MYTHES ET REALITES DU VTT

1- Tout le monde peut construire une piste de VTT de descente ou un bikepark !

        FAUX !

 

Notre constat : trop de réalisations sont faites par des acteurs locaux non spécialisés dans le simple but de prendre un marché . Le résultat est trop souvent inexploitable et accidentogène, obturant la logique du terrain naturel, la gestion de l'eau et l'économie locale.

 

Nous parlons bien sûr d'une structure VTT à exploiter (payante ou gratuite), où les pratiquants viennent et reviennent !
Loin des chemins 4x4 ou piètons, loin des pistes des jeunes du coin, loin aussi des snowparks, un bikepark se doit d'être largement ludique, sécurisé, accessible et durable.
Il n'y a qu'une approche professionnelle de ce secteur d'activité qui le garantisse vraiment !

2- Les pratiquants du VTT n'ont besoin d'aucune structure pour s'adonner à leur passion !

      FAUX !

 

 

Le VTT est le moteur du marché du cycle en France depuis de longues années. Au fil du temps les pratiques se sont très diversifiées. Elles se déclinent en plus de 10 variantes bien distinctes, au niveau du terrain ciblé et du type de VTT utilisé.
Dans notre monde des loisirs, les pratiquants recherchent systématiquement des lieux aménagés pour leurs besoins. Pourquoi?

C'est simple. Ils veulent tous s'exprimer à leur mesure sur leur engin, en sécurité, sur un terrain de qualité.

3- Construire un bikepark exploitable est abordable !
         VRAI !

 

Bien sûr !
Le coût des structures VTT est très loin des 90% des équipements de loisirs et sportifs. Les retours sur investissement sont très rapides.

De plus, les professionnels ont des solutions pour exploiter n'importe quel terrain.

4- Le VTT est accessible à tous !

     VRAI !

 

Un Bikepark est accessible à toutes et tous, tous âges et pratiques confondus.
A l'image d'une station de ski, le domaine VTT propose des pistes de plusieurs niveaux, pour satisfaire chacun, qu'il soit  débutant ou pilote expert. Tout usager du bikepark découvrira la liberté
d'y évoluer à son rhytme, selon ses envies.

 

5- Une fois que le bikepark est construit et ouvert, c'est gagné plus rien à faire !

FAUX !

Toujours à l'image de pistes de ski et de leur damage, les pistes VTT ont besoin d'une surveillance et d'opérations de maintenance.
Le but est bien de garantir aux clients la même qualité de roulage tout au long de la saison et quelque soit la météo.

6- Les Bikeparks sont réservés à une élite jeune et casse-cou !

     FAUX !

 

Comme beaucoup de sports de glisse, cela a été vrai il y a longtemps. Depuis, le VTT et ses pratiquants ont considérablement évolués vers un horizon très large.

Vous retrouverez des jeunes, des familles, des pratiquants de longue date, des femmes et des hommes, ...

7- Le VTT et les Bikeparks ne respectent ni la nature, ni le développement durable !
         FAUX !

 

Une piste est là pour concentrer tous les pratiquants, conjuguant respect de la nature et plaisir des usagers.


L'empreinte écologique d'une piste VTT est très faible.

Contrairement aux pistes de ski, le tracé est de moindre largeur (de 1.5m à 3m).
50 % du travail de création et 100% de l'entretien sont faits à la main.

Nous respectons le terrain naturel en l'utilisant plutôt qu'en le déformant : en milieu forestier, nous contribuons à nettoyer et entretenir la forêt sur une large bande autour de la piste , nous évitons les zones protégées , les écoulements d'eau sont optimisés.

 

Enfin, un bikepark est inscrit dans une logique de développement durable : nous créons une activité touristique, sportive, verte  et exploitable.

L'activité VTT est intimement liée aux développements économiques et sociaux locaux. En ce sens, elle rejoint à nouveau le monde du ski avec une valorisation globale et un essort touristique.
 

 

8- Il faut venir avec le dernier cri du VTT haut de gamme pour se faire plaisir en sécurité dans un Bikepark !

   VRAI & FAUX !

 

Plusieurs aspects sont à prendre en compte.

Il n'est pas nécessaire d'avoir le dernier cri sur une piste verte ou bleue, ni même du haut de gamme. Ce dernier est intérressant pour une pratique plus poussée sur les pistes rouges et noires. Le confort et les performances  aménent alors plus de sécurité et de facilité.
Le Bikepark est vraiment ouvert à tous. Pour en avoir un accés complet, il faut s'équiper d'un minimum de matériel adapté (vélo, protections, casque).

9- Un Bikepark, c'est dangereux et risqué !

       VRAI & FAUX !

 

L'approche professionnelle d'un bikepark consiste à minimiser le risque de chute avec des tracés sûrs, prenant pleinement en compte le caractère hostile du terrain environnant (terre, pierres, arbres, ...). Nous suivons la norme de sécurité AFNOR applicable aux pistes de VTT de descente, pour sécuriser le domaine quelque soit le degré de difficulté

Le niveau des pistes est réèl. Il garantit aux usagers une progression graduelle et continue du pilote débutant ou confirmé.

 

© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

  • Facebook App Icon
  • Instagram Social Icon